Accueil Calendrier
 
Stages de base
 
Stages avancés
 
Rites de passage
 
Evénements
 
Soirées
 
Récit de voyage
Mongolie
 
Ethique Ma pratique
 
Chamanisme Chaman
Voyage chamanique Animaux
de pouvoir
Tambour chamanique Roue médecine
Mandala Animateur
Contacts



Le Rite du Démembrement-Remembrement
rite de passage 13 au 21 septembre 2017
à L'Autre Versant, Québec, Canada
s'inscrire
pour faire le Rite de passage du Démembrement-Remembrement,
il faut avoir fait le stage de base chamanique

Les huttes sont déconseillées aux personnes qui ont des problèmes cardiaques,
qui ont des problèmes sérieux d'hypertension ou d'hypotension,
aux femmes enceintes.



Le Rite du Démembrement-Remembrement dure sept jours. Le démembrement-remembrement en chamanisme est un travail majeur qui consiste, avec l’aide des esprits, à se démembrer symboliquement, jusqu’à ce qu’il ne reste aucune trace de nous. Seule notre conscience et notre essence pure subsistent.
Ensuite, vient la phase de remembrement au cours de laquelle, toujours avec l’aide des esprits, nous sommes remembrés, c’est-à-dire reconstitués. Le but est de se libérer de peurs, de maladies, de tristesses, de colères, d’états de mal être, d’entraves… au cours du processus. Et donc, d’être reconstruits mieux qu’avant.

Nous commençons ce rite par une hutte de sudation au cours de laquelle nous amorçons le Démembrement. Le lendemain, nous effectuons un grand rituel du démembrement. Et les jours suivants, huttes et rituels se succèdent, en alternance, pour vivre l’état de conscience de cette essence pure et conscience pure qui est en chacun d’entre nous, pour nous faire prendre conscience que nous faisons partie du tout. Cet état va se vivre durant 24h en forêt avant d'enclencher le remembrement : la reconstitution de nous-mêmes, libérés de nos entraves.

 

 
L'Autre Versant, c'est un lieu et des personnes dédiés au ressourcement.

Lové en pleine nature, dans la forêt où plusieurs ruisseaux dévalent de la colline et alimentent des cascades, ce site se trouve de l'autre côté d'un pont qui franchit une rivière placide bordées de bouleaux, de mélèzes, de pins et d'érables. Les castors peuplent ces eaux et sont les bâtisseurs des petits lacs qu'on peut trouver en ces lieux.

Tout dans ce site est favorable au travail de fond que chacun va effectuer: la beauté et le calme de la nature, l'isolement de notre quotidien et même la nourriture, adaptée à chacun, végétariens ou non, et les cuisiniers tiennent compte des allergies et des intolérances alimentaires de chacun.
Les huttes proposées ici sont inspirées de la culture celtique. Dans ces huttes, le gui et la sauge seront présents sous forme de brin de prière.
Les prières, les chants, les sons, le tambour et les intentions de chacun prennent pleinement leur place en tant qu’énergies sacrées.
Le rituel de la hutte génère un véritable procédé de transformation, tant individuel que beaucoup plus vaste et collectif.

Il n'est pas nécessaire que la hutte soit brûlante pour être efficace. Elle nous permet de nous connecter avec les quatre éléments, la terre, l'eau, l’air et le feu. Elle symbolise le ventre de la terre mère dans lequel la vapeur produite par l'eau versée sur les pierres chaudes nous unit à tous ces éléments.
Tributaire de l’endroit, la hutte que nous allons faire sera un dôme de perches recouvert de couvertures. Les pierres sont d'abord chauffées à blanc sur un feu à l'extérieur de la hutte, puis amenées à l'intérieur généralement en quatre fois. Il s’agit des quatre portes, une par direction. Après chaque porte, la loge est fermée et l'on répartit quelques pincée d'herbes sacrées, comme le cèdre, la sauge, le genévrier sur les pierres chaudes, avant de verser l'eau destinée à produire la vapeur. La cérémonie s'achève lorsque la vapeur de la quatrième et dernière série de pierres s’est dissipée.

Pour bâtir leur hutte, nos ancêtres celtes utilisaient une cavité naturelle dont ils obstruaient l’entrée avec une peau, ou creusaient un trou dans le sol qu’ils recouvraient de branchages et de peaux maintenues par une armature de perches en bois, ou encore creusaient une chambre directement à flanc de montagne, dont ils bouchaient l’entrée avec une peau.
 

consulter le calendrier

les stages avancés longs avec huttes de sudation