ETHIQUE

Depuis toujours, la pratique du chamanisme est naturelle et à la portée de tous. 
Elle est un chemin personnel qui se fait pendant des années, pendant toute une vie.

Le chaman est choisi et nommé à ce titre par les esprits et ensuite par la communauté, jamais par lui-même. 
Se proclamer chaman ou guérisseur est donc considéré comme un acte généré par l’ego et l’envie de pouvoir, consciente ou inconsciente. L’enseignement que j’ai reçu de mon mentor et de mes esprits, celui que je propose, la pratique du chamanisme celtique, font de moi un praticien chamanique. 

J’enseigne la pratique du chamanisme celtique dans le but de redonner aux participants différents outils chamaniques qui permettent à chacun de mieux se connaître et de prendre en charge son propre mieux-être. Tout en respectant le fait que chacun est libre face à ce mieux-être qui lui est propre.

La pratique chamanique celtique se nourrit d’intentions saines. 
Elle s’exerce dans une réceptivité totale, dénuée d’orgueil et d’attente.
Dans le respect de la liberté de chacun, aucun travail chamanique, quelle que soit sa nature, ne peut être entrepris sur quelqu’un sans son accord préalable.

Dans le respect du chemin de chacun, il ne s’agit en aucune mesure d’interférer, d’imposer ou de convaincre. 
Afin que chacun reste maître de lui-même. 

Dès lors, dans le respect du groupe, il convient d’être ponctuel, de ne perturber les partages en aucune manière, d’être à l’écoute des idées et opinions de chacun et de garder la stricte confidentialité à propos des expériences des uns et des autres.
Toute personne présente évitera d’interpréter quoi que ce soit à la place de quelqu’un d’autre afin que chacun puisse garder son intégrité en toute confiance.

Restons libres et maîtres de nous-mêmes.
Humbles et simples.